Roch Hachana : bonne année 5 780 !

Serge Benhaïm, président de la synagogue Don Isaac Abravanel, 84 rue de la Roquette, partenaire de la Fontaine aux Religions, a invité cette dernière à participer à la cérémonie de vœux pour Roch Hachana, le nouvel an juif 5 780. Samedi 28 septembre 2019, Vénérable Elisabeth, directrice du centre bouddhiste Kalachakra, membre du bureau de l’association, Isabelle Rambaud-Carassus et Jean Carassus représentaient l’association.

Nous avons été chaleureusement accueillis par Serge. Notre ami Cheikh Achour, imam de la mosquée Omar, incarnait la communauté musulmane, tandis que le père Barjot, curé de la paroisse Notre Dame d’Espérance, représentait la communauté chrétienne.

Sympathique cérémonie marquée par les interventions de plusieurs invités, notamment de François Vauglin, maire du 11ème arrondissement, d’Anne Hidalgo, maire de Paris, et bien sûr du rabbin de la Synagogue. Plusieurs intervenants ont rappelé le discours très important de Jacques Chirac, président de la République, reconnaissant la responsabilité de l’Etat Français dans la déportation et le génocide du peuple juif d’Europe.Des chanteurs de la synagogue ont ensuite interprété de très beaux extraits des Pêcheurs de perles de Bizet et de Nabucco de Verdi.

Au-delà du rassemblement institutionnel, l’inquiétude, liée aux manifestations de l’antisémitisme dans le pays, était présente. Mais les intervenants ont tous insisté sur la capacité des parisiens, en  particulier dans le 11ème arrondissement, à assumer leur grande diversité et à mettre en pratique le vivre ensemble, croyants et non croyants.

Réseaux sociaux

    Jeux et dialogues à la fête de quartier

    Le 29 juin 2019, la Fontaine aux Religions a réitéré son initiative de l’année précédente: être présente, avec un stand, à la fête de quartier de la rue Saint Maur dans le 11ème arrondissement.

    Ballons et arche de Noé attirent les enfants.

    Jeux de questions-réponses sur les différentes religions et dialogues intéressent les adultes.

     Une habitante du quartier.échange avec Grace Gatibaru, pasteure au pôle fraternité du Picoulet:

    Patrice Obert, Fontaine aux Religions, dialogue avec Cheikh Achour, imam de la mosquée Omar.

    Père Bernard Maes, curé de la paroisse Saint-Joseph des Nations.

    Cheikh Achour et Jean Carassus, Fontaine aux Religions.

    Plus que jamais, mieux vivre ensemble et dialoguer avec les habitants du quartier, dans toute leur diversité, sont des raisons d’être de l’association.

     

    Réseaux sociaux

      Buffet public pour la fin du Ramadan

      Pour fêter la fin du Ramadan, Cheikh Achour, imam, et les responsables de la mosquée Omar, partenaire de la Fontaine aux Religions, ont organisé le 8 juin 2019 un buffet public dans l’espace entre la Maison des Métallos et la mosquée. 

      C’est l’occasion de dialoguer avec les habitants du quartier et les passants.

      A la prochaine fois!

      Réseaux sociaux

        La balade des gens heureux avec la Maison des Métallos

        En 2017 la Fontaine aux Religions a initié un partenariat original avec la Maison des Métallos, important équipement culturel de la Ville de Paris de notre quartier, qui s’est traduit en octobre 2017 par une intéressante et riche réunion-débat « Besoin de spiritualité ? Paroles de quartier ».

        Fin 2018, nous avons rencontré, en compagnie de l’association Coexister, Stéphanie Aubin, la nouvelle directrice, qui nous a indiqué qu’elle avait donné carte blanche à un artiste pour chaque mois de la programmation 2019.

        Au mois de mai, Didier Ruiz, comédien, metteur en scène, est collectionneur de récits 

        sur le thème « On fait nos humanités »

        Le 18 mai il transforme la « ballade des gens heureux », la chanson de Gérard Lenorman, en balade-promenade, permettant aux participants de rencontrer cinq personnes du quartier, parmi lesquelles deux partenaires de la Fontaine aux Religions.

        Nous écoutons tout d’abord une habitante qui a décidé de vivre dans une boutique, tout près de la rue 

        puis notre ami Cheikh Achour, imam de la mosquée Omar, rue Jean-Pierre Timbaud

        après, notre amie Grace Gatibaru, pasteure protestante au pôle fraternité du Picoulet

        ensuite une habitante qui nous reçoit, dans une laverie automatique, pour nous raconter de très belles histoires d’amour

        après, un habitant occupant avec ses amis un lieu magique

        et enfin un animateur de la CGT des métallos, rue Jean-Pierre Timbaud, qui termine son intervention en nous offrant un livre sur … Jean-Pierre Timbaud

        La chanson de Gérard Lenorman comprend sept couplets. Cinq avaient été chantés avec les personnes rencontrées. Il en restait deux à chanter ensemble

        Merci pour cette balade des gens heureux dans le quartier, monsieur Ruiz

        Par les temps qui courent, un brin d’optimisme, léger et curieux, est le bienvenu

         

         

        Réseaux sociaux

          S’asseoir ensemble, une deuxième fois

          Après le vif intérêt pour la première rencontre de méditation du 1er novembre 2018, la Fontaine aux Religions a suscité une deuxième édition le 8 mai 2019.au même endroit, le centre bouddhiste Kalachakra, dans le 10ème arrondissement.

          Sur les thèmes de la paix et de la liberté, cette année, quatre croyances ou sensibilités se sont exprimées : agnostique, bouddhiste, protestante et musulmane.

          Première méditation, proposée par Isabelle Rambaud-Carassus

          Cette première méditation, non religieuse, a été conduite dans un premier temps, selon les principes de la méditation de pleine conscience (centrage sur le moment présent avec prise de conscience du corps et de la respiration notamment). Dans un second temps, les participants étaient invités à laisser résonner en eux un texte, lu en silence  sur le thème de la paix (acceptation de ce qui est là, paix avec soi-même, paix avec les autres). 

          Seconde méditation, proposée par Vénérable Elisabeth

          Après  une explication sur la posture et un exercice respiratoire pour cultiver l’attention, la seconde méditation a porté  sur la cause des guerres et des conflits  que sont la haine de soi et des autres. Une technique de développement de l’amour a été  enseignée en tant qu’antidote à  la haine.

          Troisième méditation, proposée par le pasteur Guy Balestier

          Cette méditation protestante de la pleine présence a invité à focaliser notre attention sur notre être, corps et esprit, pour savourer le fait d’être et parce que nous sommes le temple du Saint Esprit ; ensuite sur l’Esprit qui est en nous en lui laissant la pleine place et en accueillant la paix, venant du Christ, qu’il donne ; enfin sur l’ouverture à la présence et l’amour de Dieu que permet l’Esprit afin de s’enraciner dans ce lien interpersonnel des enfants de Dieu qui sont artisans de paix.

          Quatrième méditation, proposée par Abdelkader Al Andalussy Oukrid

          Cette méditation a été menée suivant la méthode du « dhikr », qui consiste en une répétition rythmique du Nom de Dieu et de ses attributs sublimes en islam, ainsi que des invocations en chants spirituels. Il désigne à la fois la réminiscence, le souvenir du lien intime et ontologique à Dieu et la pratique qui avive ce lien. Pendant cette méditation, il y a eu une explication du sens étymologique des Noms sublimes de Dieu et un commentaire montrant leur prégnance dans la spiritualité musulmane, la relation à l’autre et la vie quotidienne, suivi d’un chant spirituel en écoute silencieuse introspective. 

          Entre chaque séquence, Albane Beugnon joue de beaux intermèdes musicaux extraits de Vivaldi, Bach et Bizet.

          Les participants échangent ensuite en petits groupes.

           Les quatre accompagnateurs dialoguent avec l’auditoire dont les sensibilités sont diverses, croyants et non croyants.

          Deux idées émergent du débat. Il est indispensable de poursuivre ces méditations inspirées de croyances et de sensibilités très différentes. La prochaine séance de méditations aura lieu le 11 novembre 2019 au même endroit.

          Et pourquoi pas aller plus loin et organiser une retraite inter-religieuse avec participation de non croyants de plusieurs jours, en résidentiel, du vendredi soir au dimanche soir ? C’est envisagé au printemps 2020 à la Ferté-Bernard, dans la Sarthe, dans des locaux de l’association des bouddhistes tibétains. 

          Un agréable buffet végétarien, offert par la communauté tamoule hindouiste de Saint-Denis, conclut l’événement.

           

          Réseaux sociaux

            La communauté musulmane frappée en Nouvelle Zélande: communiqué de la Fontaine aux Religions

            La Fontaine aux Religions tient à témoigner de sa profonde amitié  envers la communauté musulmane  a l’occasion de la tragédie qui vient de frapper la Nouvelle Zélande.

            Ce lâche assassinat de 50 personnes, perpétré  en outre au moment de la prière,  est une atrocité.

            Rien ne justifie cette violence aveugle.

            Ici, dans le 11eme arrondissement de Paris, nous avons trop souffert de cette éruption sanguinaire. Nous la dénonçons avec fermeté. 

            L’écoute de l’autre, sa connaissance, son respect dessinent une autre voie, celle de la fraternité. C’est celle que nous cherchons à suivre, avec nos amis croyants et humanistes de notre quartier.

            18 mars 2019

            Réseaux sociaux

              S’asseoir ensemble, un temps méditatif

              Le 1er novembre 2018, dans le cadre de la Fontaine aux Religions, a été organisé au centre bouddhiste Kalachakra, dans le 10ème arrondissement, l’événement

              S’ASSEOIR ENSEMBLE

              Un temps méditatif pour être plus présent à soi, aux autres, à l’autre

              préparé sur la base de trois sensibilités : agnostique, bouddhiste, catholique.

              Méditation de la pleine conscience

              L’ouverture à l’autre, l’amour, passe notamment par le renforcement de notre capacité de présence, d’observation silencieuse et non jugeante de nous-même (nos pensées, émotions, ressentis) et des autres dans leurs façons d’être,  leurs comportements, leurs représentations.

              Bouddhisme tibétain; méditation sur le développement de l’amour universel

              Puisque nous ne croyons pas à  un dieu créateur, nous devenons notre propre créateur. Nous  pouvons  donc utiliser  notre imagination pour devenir l’amour pour soi et pour les autres, et ainsi créer la cause d’éveiller ces états d’être dans le futur .

              Lecture d’un texte de l’Evangile selon Saint Luc

              L’appel des disciples dans l’évangile de Luc (Lc 5, 1 11) nous a permis de méditer sur notre chemin vers les autres. Cette rencontre avec Jésus qui demande aux pécheurs d’avancer au large dans les eaux profondes du lac nous interroge. En suivant le texte, nous passons en revue nos obstacles, nos désirs, et les moments de grâce qui nous amènent à aller vers tous.

              Entre chaque temps, Albane Beugnon joue à la flûte de très beaux intermèdes musicaux.

              L’auditoire échange ensuite, en petits groupes, sur l’expérience qu’ils/elles viennent de vivre.

              Le délicieux buffet indien végétarien est offert par des membres de la communauté tamoule.

              Les trois personnes à l’origine de l’initiative :

              Isabelle Rambaud-Carassus, Vénérable Elisabeth, Père Bernard Maes

              Manifestement, un événement à reproduire !

               

              Réseaux sociaux

                Fête de quartier du 23 juin 2018: respect et tolérance avec la Fontaine aux Religions

                Le conseil de quartier organisait le 23 juin 2018 une fête dans le 11ème arrondissement, rue Saint Maur et rue Duguerry.

                La Fontaine aux Religions y tenait un stand. Nous voulions y affirmer la volonté d’ (encore) mieux ensemble dans ce quartier pluriel, où se côtoient catholiques, protestants, orthodoxes, musulmans, juifs, bouddhistes, athées,agnostiques…entre autres!

                Nous y avons distribué un document d’information sur notre association et l’indispensable dialogue inter-religieux et inter-convictionnel qu’elle promeut depuis plus de 15 ans. Pour accéder au texte diffusé, cliquez ici. 

                Un jeu des religions y était proposé, relatif à 7 religions et à la laïcité. De nombreux passants dans la fête y ont participé. De leur part, aucun signe négatif ou d’hostilité ne se manifeste. La tolérance vis à vis des croyances et des convictions de l’autre est de mise. C’est rassurant.

                Patrice Obert, président de l’association, propose ici des questions sur les religions.

                Elisabeth Drukier, directrice du centre bouddhiste Kalachakra, pose là des questions sur la laïcité. 

                Nos amis de la mosquée Omar, avec Cheikh Achour, imam de la mosquée, participent au stand avec de délicieux gâteaux orientaux et une agréable citronnade.

                Et père Bernard Maes participe, à la batterie, à l’orchestre de jazz qui joue devant l’église!.

                Photo de famille plurielle avec des responsables et amis de la Fontaine aux Religions, Grace Gatibaru, pasteure, Vénérable Elisabeth, Cheikh Achour.

                Fête, respect et tolérance, moment agréable dans le contexte actuel.

                Réseaux sociaux

                  Dialogue avec les comédiens de la pièce « Vendredi 13 »

                  Une équipe du Théâtre de la Reine Blanche dans le 18ème a invité La Fontaine aux Religions à voir leur pièce VENDREDI 13, de Jean-Louis Bauer, et à échanger avec la metteuse en scène et les comédiens. Ils avaient vu sur notre site internet notre mobilisation après les attentats du 13 novembre 2015 et son lien avec leur pièce de théâtre.

                  © Théâtre de la Reine Blanche

                  Le 15 février 2018 dernier, un groupe d’amis de La Fontaine aux Religions a assisté au spectacle qui se déroulait autour de la tombe d’une jeune musulmane tuée lors des attentats du vendredi 13 novembre dans un bar voisin du Bataclan. Son copain Jonas, juif, joué par Loïc Lemanac’h, lui parle et la jeune femme  » en vision « , Leila, jouée par Amina Boudjemline, lui  répond. Entre Jonas et Djibril, le frère de la jeune fille, joué par Mayel Elhajaoui, la tension frise le meurtre, tandis que Lucie devenue Amina, la copine de Djibril, catholique convertie à l’islam par amour, jouée par Margot Van Hove, se confie à son amie décédée.

                  © Théâtre de la Reine Blanche

                  L’auteur et sa femme, qui assure la mise en scène, ont perdu dans les attentats six personnes qu’ils connaissaient, dont une jeune fille, qui était comme leur fille adoptive. C’est de cette douleur qu’est sortie cette pièce.

                  La discussion, en fin de soirée, autour d’un verre, fut l’occasion d’échanger avec la metteuse en scène et les comédiens. Ce fut aussi le moyen de s’apercevoir que leurs parcours personnel les plaçaient en homothétie des personnages qu’ils jouaient. Ainsi de cette jeune actrice, de père algérien et de  mère normande, qui nous avait touché par ses chants ; ainsi de l’acteur qui joue le frère, sur scène dur et rude, qui s’est révélé être un marocain musulman qui par amour pour sa fiancée catholique, avait accepté de passer par la case  » église  » pour leur mariage.

                  Beaucoup d’émotion et de bienveillance durant cette soirée.

                  Réseaux sociaux

                    Un partenariat original: la Maison des Métallos et la Fontaine aux Religions

                    Le 16 octobre 2017, la Maison des Métallos et la Fontaine aux Religions ont co-organisé une réunion débat sur le thème BESOIN DE SPIRITUALITE ? PAROLES DE QUARTIER.

                    ©ml

                    La Maison des Métallos, située 94 rue Jean-Pierre Timbaud, où avait lieu la réunion, est un important établissement culturel de la ville de Paris, organisant des évènements artistiques (théâtre, danse, photographie…) et des rencontres [www.maisondesmetallos.paris].
                    Le point de départ du débat ne fut pas la parole d’experts mais la parole d’habitants. La Fontaine aux Religions avait interviewé une vingtaine d’habitant(e)s du quartier de sensibilités très différentes : agnostiques, athées, catholiques, juifs, musulmans, protestants.

                    ©ml

                    Les participant(e)s au débat, une soixantaine, eux(elles)-mêmes d’horizons très diversifiés, croyant(e)s et non croyant(e)s, exprimèrent leur ressenti à partir du vécu des habitant(e)s interviewé(e)s.
                    L’échange se déroula en deux temps :
                    – dans notre société matérialiste, quels besoins de spiritualité ou de quête de sens ?
                    – dans notre quartier, très pluriel, quel dialogue? quel vivre ensemble ?
                    Le débat fut animé par Philippe Mourrat, directeur général de la Maison des Métallos, et Patrice Obert, président de la Fontaine aux Religions.

                    ©ml

                    Les paroles des habitant(e)s ont été lues par Isabelle Rambaud-Carassus et Jean Carassus [voir le diaporama]. Ces paroles étaient issues d’un recueil passionnant d’extraits des entretiens [accédez au recueil].
                    Le débat fut très vivant, avec souvent l’expression de visions très personnelles. Le vécu était très diversifié, à l’image des entretiens réalisés: hors religion, athée, agnostique, catholique, protestant, musulman. Parmi d’autres, Cheikh Achour, imam de la mosquée Omar, a exprimé sa vision.
                    Michel Sauquet, écrivain spécialisé dans les relations interculturelles, a fait pour finir une brillante synthèse [lire la synthèse].

                    Nous avons ultérieurement procédé à une analyse lexicale du recueil d’extraits des entretiens. Conclusion: le vivre ensemble dans le quartier est un thème porteur et la participation de tous, croyants et non croyants, est très productive [lire l’analyse lexicale]

                    Culture, matérialisme, spiritualité, quête de sens, vécus personnels, convictions, questions, dialogue, vivre ensemble,
                    Un partenariat à poursuivre !

                    Réseaux sociaux